Rennes

Publié le par Rosie et Bubu

Ce matin au petit-déjeuner une rencontre inattendue nous a fait voyager plus de 70 ans en arrière. A la table voisine plusieurs personnes essayaient de communiquer laborieusement à l'aide de Google translate, devant les difficultés manifestes je me suis proposée de remplacer Google et de faire la traduction allemand-français. L'histoire qui nous a alors été racontée remontait à la seconde guerre mondiale. Un soldat français parti de Rennes est fait prisonnier dans la région de Brême dans une ferme, rencontre là-bas l'amour de sa vie et devient papa d'un petit garçon du nom de Rolf. A la fin de la guerre, Rolf avait alors 2 ans, son père est reparti en France, laissant la petite famille derrière lui. Il a alors refait sa vie à Rennes, s'est marié et a eu 3 garçons et 1 fille. En 2006 une association allemande de recherche de familles prenait contact avec la famille rennaise et leur annonçait l'existence de Rolf, leur demi-frère. Le secrets de famille enfouis depuis des décennies sont alors remontés à la surface. Des retrouvailles furent organisées et Rolf, fils unique d'une mère célibataire, a alors découvert qu'il était frère, oncle et cousin d'une grande famille française. Mmalgré la barrière linguistique on ressentait avec beaucoup d'émotion le lien familial noué.  Cet instant intense nous a permis de constater que la distance et l'absence d'une langue commune ne sont pas des obstacles insurmontables. Petite déception pour nous: nous avons été invitées à partager la soirée à venir avec toute la famille mais le TGV nous éloignait inévitablement pour nous rapprocher de nos familles respectives.

Le départ de Rennes se passe très bien, nous sommes à 10 minutes de la gare à vélo et le TGV est à l'heure. Nous nous énervons un peu car en France ils ne vous donnent la voie qu'au dernier moment et la gare de Rennes est un grand chantier. Il faut descendre sur le quai vélo par vélo avec un tout petit ascenseur mais on y arrive. Nous arrivons à la gare de Montparnasse et avons environ 2 heures pour changer à la Gare de Lyon. Et là c'est galère, impossible de trouver un ascenseur pour sortir de la gare, le seul que nous trouvons est en panne. La fille des renseignements nous dit de prendre l'escalier roulant ce que nous finissons par faire mais c'est la catastrophe. Nous avons failli tomber toutes les deux avec les vélos et tout, heureusement il y avait une fille qui a eu la présence d'esprit de venir en courant soutenir les vélos ce qui nous a permis d'arriver en haut avec quelques bleus sans conséquences. Circuler à vélo avec des sacoches au centre ville de Paris est une sinécure. Les vélos circulent tantôt sur le trottoir ou la voie de bus qui est très fréquentée et pleine de nids de poule. Heureusement que Valou connaît Paris et dès qu'elle aperçoit le panneau de la Gare d'Austerlitz on fonce car la Gare de Lyon est juste de l'autre côté de la Seine. Ouf on y est et on a même le temps d'acheter un Sandwich.

En arrivant à la maison un délicieux repas, cuisiné par mon mari nous attend et clôture très agréablement notre fabuleux périple de 3 semaines. C'était superbe, nous sommes comblées.

Commenter cet article